Le secteur aérien appelé à se transformer au plus vite

Publié le

A l’heure de l’après COVID-19 et de l’appel des populations à changer nos modes de travail et de vie pour créer un monde plus vert et davantage éco responsable, le secteur aérien est fortement encouragé à se transformer au plus vite pour répondre à ces nouveaux besoins.

L’Etat français vient d’organiser une convention citoyenne pour le climat durant laquelle des Français tirés au sort se sont réunis et ont réfléchi aux mesures à prendre pour préserver notre climat. 150 propositions ont été identifiées dont 7 directement liées au transport aérien et à la limitation de ses effets jugés néfastes sur l’environnement. 

L’objectif est de favoriser les transports « bas carbone » d’ici 2030 pour diminuer les gaz à effet de serre émis par les vols nationaux et internationaux. 

Alors que le secteur aérien représente une part modérée des émissions, le but de cette démarche est d’éviter une augmentation trop importante de cet impact et, surtout, de transformer nos modes de fonctionnement et d’encourager des modes de déplacement plus raisonnés.

Ces mesures sont :

  • Adopter une éco contribution kilométrique renforcée ;
  • Organiser progressivement la fin du trafic aérien sur les vols intérieurs d’ici 2025, uniquement sur les lignes où il existe une alternative bas carbone satisfaisante en prix et en temps (sur un trajet de moins de 4h) ;
  • Interdire la construction de nouveaux aéroports et l’extension des aéroports existants ;
  • Taxer davantage le carburant de l’aviation de loisir ;
  • Promouvoir l’idée d’une éco contribution européenne ;
  • Garantir que l’ensemble des émissions qui ne pourraient être éliminées soient intégralement compensées par des puits de carbone ;
  • Soutenir, à moyen terme, la R&D dans le développement d’une filière biocarburants pour les avions. 

Au-delà de ces mesures, l’Etat français a également demandé à l’industrie aéronautique de réfléchir à l’avion zéro émission dans les meilleurs délais. Déjà annoncé en 2019 lors du Salon du Bourget, pour 2050, le Gouvernement accélère le calendrier et souhaiterait voir les premières solutions d’ici 2035.

Ces mesures décidées au plan national devraient avoir un retentissement et un impact international. Certaines pourraient être reprises par d’autres Etats quand d’aucunes ne le sont pas déjà. Plus largement, au cœur de la réflexion, il s’agit bien d’imaginer une nouvelle façon de faire et de repenser l’avion dans son ensemble grâce à une coopération entre l’aéronautique et les motoristes pour un secteur aérien transfiguré et plus en accord avec son environnement et les populations. 
 

Le secteur aérien appelé à se transformer au plus vite

Vous informer

The subscriber's email address.
Rejoignez-nous sur linkedin logo